Thomas Tripet

*1985 // vit et travaille à La Chaux-de-Fonds

 

Le travail artistique de Thomas Tripet forme un univers personnel et enigmatique qui se construit entre réel et fiction. Par le biais de registres et de techniques variés – dessin, peinture, sculpture et installation – l’artiste s’attache à créer des environnements qui lui sont propres, à la manière d’un ethnologue qui recenserait le patrimoine folklorique, paysager et architectural d’une civilisation inconnue et pourtant familière. Thomas Tripet ne cherche pas à intégrer une dimension narrative dans ses œuvres ; pourtant leur cohérence formelle et thématique ainsi que leur potentiel interprétatif incitent le spectateur à y voir des récits sous-jacents et à y projeter des histoires qui font sens pour lui.

IMG_6004

Puisant dans de multiples références de l’histoire de l’art, de la sculpture Dada au constructivisme russe en passant par Joseph Beuys et les arts premiers, Thomas Tripet développe un langage plastique singulier et énigmatique. Dans ses sculptures-installations qui mettent en exergue les motifs récurrents de son univers, il recourt à l’assemblage d’objets récupérés et de matériaux dit pauvres, tels le plâtre, le bois, la toile de jute ou des cartons peints, qu’il utilise non pour les magnifier, mais pour explorer leur matérialité. De ces formes brutes naissent des natures mortes architecturées ou des engins utopiques qui transportent le spectateur dans un monde fantastique marqué par un esprit de survie.

Exposition "Esthétique d’une Saga" La Locomotive, La Chaux de Fonds, 2013
Exposition « Esthétique d’une Saga » La Locomotive, La Chaux de Fonds, 2013

La structure de ses sculptures rappelle celle de ses dessins, dont les lignes nerveuses laissent entrevoir, telle une radiographie de l’esprit, l’architecture complexe de l’imaginaire de l’artiste. Ses œuvres sur papier se distinguent par une forte densité de traits dans lesquels transparaît l’énergie fournie lors de leur création, donnant vie à un fourmillement de formes abstraites que le spectateur cherche à décrypter à mesure qu’il s’en approche. De ses compositions émane dès lors l’illusion d’une profondeur qui invite le spectateur à percevoir dans ces enchevêtrements de traits, d’infimes espaces formant parfois des cavités oppressantes. L’œil est constamment sollicité, la perception jamais figée. L’effet de tension est encore plus accentué dans certains dessins, où l’explosion chromatique est mise au service de formes frénétiques, révélatrices d’un imaginaire en perpétuel mouvement.

 

sc & dhl

 

Bio

Né en 1985 à Neuchâtel, Thomas Tripet étudie les beaux-arts à l’Académie de Meuron à Neuchâtel, puis à l’Ecole d’Art et Université d’Edimbourg, où il obtient un Master en beaux-arts en 2010. Il a exposé son travail à Londres, Edimbourg, Chicago et Zurich dans le cadre d’expositions collectives et à Lausanne, Neuchâtel et la Chaux-de-Fonds lors d’expositions monographiques. Il vit et travaille à la Chaux-de-Fonds.

www.thomastripet.ch

 

_DSC3434_lores

 

Desert1.2_lores